0

Sous-total: 0,00


Votre panier est vide.

On découvre Wonderloop ensemble ? | Boutique éthique

Jan 20, 2018

Bonjour!

Vous connaissez maintenant mon envie de vous parler de Slow Fashion et de vêtements éthiques. J’ai commencé par vous montrer des looks avec des habits de seconde main (il y en aura encore sur le blog et si un vêtement vous intéressait, ils sont à vendre ici). J’ai également l’intention de vous faire découvrir des marques éthiques et ça commence aujourd’hui avec la boutique Wonderloop.

Wonderloop c’est une boutique qui se trouve rue de Flandre à Bruxelles (à côté de la place Sainte-Catherine) et qui propose des vêtements, sous-vêtements, baskets et sacs pour hommes et pour femmes… éthiques. J’avais plein d’interrogations sur le concept de la boutique: comment elle a vu le jour, ce que c’est la mode éthique… Du coup, la créatrice Héléna a accepté de faire une petite interview pour que vous et moi en sachions un peu plus.

Dis nous un peu qui tu es et quel est ton parcours?

Alors je m’appelle Héléna, j’ai 22 ans et j’ai grandi à Toulouse, j’ai suivi mes études à Lille et je suis en Belgique depuis maintenant 6 ans et demi. Je suis en train d’ouvrir une boutique de vêtements, sans avoir fait d’école de commerce ou bien d’études dans le domaine de la mode.

A la base, je me suis intéressée aux questions de l’immigration et des droits de l’homme. De 2012 à 2015, j’ai travaillé dans des ONG où j’ai surtout fait de la com’ et de la gestion de projets.

En 2016, je me suis dirigée vers le développement durable et c’est là que j’ai vraiment commencé à me tourner vers le domaine du textile. J’ai appris ce qu’était la fast fashion et la slow fashion. Avant cette expérience, j’avais déjà un mode de vie plus durable mais pas encore dans les vêtements. Je faisais attention à ne plus acheter mes habits chez des marques comme H&M ou encore Zara mais sans plus. C’est ce nouveau travail qui m’a interpelée.

Entre le printemps et l’automne 2016, j’y ai réfléchi de plus en plus, j’ai fait des recherches et comme je ne suis pas une adepte du seconde main, j’ai trouvé des marques éthiques… Mais surtout en ligne.

Et comment Wonderloop a vu le jour?

Wonderloop a vu le jour au fur et à mesure de mes démarches. Je cherchais des marques éthiques sans pour autant aller dans le seconde main et je ne suis pas non plus une grande fan des achats en ligne. C’était donc assez dur de trouver ce que je voulais. L’offre des vêtements durables sur Bruxelles me frustrait, je ne trouvais pas assez de choix à mon goût.

En automne 2016, j’ai été à Paris et j’ai découvert une boutique qui proposait les marques que j’avais vues sur Internet mais que je ne trouvais pas -notamment- à Bruxelles.

Comme ça faisait 4 ans que je travaillais dans des ONG, je savais ce qui me plaisait et ce que je voulais : un métier plus ouvert, avec plus de contact humain et moins d’ordinateur (où il est parfois dur de voir l’impact de son travail).

Comme mon domaine d’étude n’était pas la gestion ou encore la mode, j’ai fait des formations pour pouvoir ouvrir ma boutique. Durant toute l’année de 2017 je me suis consacrée à la création de Wonderloop, boutique de vêtements et accessoires éthiques.

Mais alors, pour toi, c’est quoi des vêtements éthiques?

Pour notre boutique, on cherche des marques et des créateurs qui sont responsables aussi bien du côté social qu’environnemental.

Nos critères environnementaux sont soit des marques qui utilisent des matières neuves garanties faites avec du coton bio, des teintures naturelles, etc., soit des créateurs qui utilisent des matières recyclées ou issues de l’upcycling.

Recyclé veut dire que la matière est transformée comme le verre par exemple. Et l’upcycling c’est une revalorisation des tissus comme par exemple la marque Wear A Story ou encore J’ai Retounré La Robe de ma Mère qui utilisent des tissus vintages, et/ou que des créateurs n’utilisent plus.

Donc, l’aspect environnemental est notre premier pilier lorsque l’on parle de mode éthique.

Notre deuxième pillier est l’aspect social. On a des vêtements artisanaux créés en Belgique ou en Europe et là c’est facile pour nous d’avoir un contact direct avec les créateurs pour voir comment ils travaillent. En général, ils ont de petits ateliers et c’est facile de vérifier cet aspect social.

Ensuite, on travaille également avec des plus grosses marques qui ne fabriquent pas nécessairement en Europe. A ce moment-là, on regarde leurs labels comme Fairtrade qui garantit que le coton ait été acheté à un prix juste. Il y a aussi le label GOTS dont je te parlais tout à l’heure qui -en plus de l’aspect environnemental- fait aussi attention à l’aspect social et garantit que les droits des travailleurs soient respectés au moment de la confection des vêtements.

Comment trouvez-vous vos marques? Quels sont vos critères pour qu’une marque se retrouve chez Wonderloop?

La recherche de nouvelles marques se fait de deux manières.

Il y a d’abord beaucoup de recherche en ligne, c’est souvent pour les grosses marques parce qu’elles ont déjà un site en ligne. Ensuite, on analyse la marque, on cherche les labels auxquels elle adhère et on conclut si on est convaincues ou pas.

Pour les plus petites marques, ça se fait par des rencontres parfois un peu au hasard. Maintenant qu’on se fait un peu plus connaître, il y a aussi des créateurs belges qui nous approchent. Et alors, il y a également de la recherche en ligne.

Une fois qu’une marque nous plaît, il y a trois grands critères pour qu’elle se retrouve dans notre boutique.

Le premier c’est l’éthique de la marque : sa durabilité, son aspect social et environnemental comme j’en ai parlé plus haut.

Notre deuxième critère est le style du vêtement. Nous les voulons jeunes, modernes et élégants. Nous avons par exemple fait le choix de ne pas avoir de vêtement du style ethnique parce que ça ne nous correspond pas.

Et le dernier critère est le prix. On veut rester financièrement accessible même si c’est parfois difficile parce qu’un habit qui respecte l’environnmenet et les droits des travailleurs est directement plus cher qu’un vêtement venant d’une marque comme H&M. Donc on essaye de rester dans des prix convenables, a priori on n’acceptera -par exemple- pas un t-shirt au dessus de 50€ dans notre boutique. On l’estime trop cher.  Ce n’est pas que la marque soit mauvaise ou qu’elle ne nous plaise pas mais pour l’instant elle ne nous correspond pas.

La pop-up Wonderloop va bientôt fermer… Quelle est la suite pour vous? Pour la boutique?

Oui, on fermera le 31 janvier parce que c’est la date butoir de la pop-up.

Maintenant, l’objectif est de trouver un local de façon permanente et toujours à Bruxelles, dans Bruxelles-centre, Ixelles ou encore le quartier des Marolles éventuellement. C’est encore à définir.

Pour savoir où on va s’implanter, vous pouvez nous suivre sur notre page FacebookInstagram ou encore vous inscrire à notre newsletter pour être averti de la date de réouverture et du lieu de notre nouvelle boutique.

Merci à Héléna, Delphine et Séléné pour l’accueil dans votre boutique et de cet article!

A bientôt pour -cette fois-ci- voir quelques vêtements de Wonderloop portés!

Bisous, Lydie

Pin It on Pinterest

Share This